Trouver un job à l'étranger : contrats, visa, CV, aides

Il y a mille et une raisons de partir pour une expérience à l’international : découvrir un pays et d’autres modes de vie, vivre une expérience spéciale, enrichir son CV, perfectionner une langue étrangère, ouvrir son horizon, etc.

homme marchant le long de la route avec valise

Travailler dans un autre pays peut être une source d’enrichissement personnel et professionnel. Avant d’engager des démarches, il est important de faire le point sur les objectifs que vous voulez atteindre (pourquoi partir, combien de temps, quel type d’emploi ?), les acquis qui sont utiles (compétences professionnelles, connaissances linguistiques, qualification…) et le critère de choix d’un pays (situation économique, marché et conditions de l’emploi…). Il est préférable de préparer votre projet au moins 3 mois à l’avance, même s’il est toujours possible de partir à l’aventure.
Il est possible de partir seul, avec votre entreprise ou encore à l'aide d'un programme de mobilité.

Les différents statuts et contrats de travail à l'étranger

Un contrat de travail international / universel n’existe pas. Pour les Français travaillant à l’étranger, trois statuts sont envisageables :

Le détachement

Le salarié déjà en poste dans une société en France est envoyé à l’étranger pour une durée limitée pour le compte de son employeur français. Il reste donc comptabilisé dans les effectifs de la société française, et demeure lié à son employeur en France pendant toute la durée de sa mission à l’étranger. Le contrat initial n’est pas rompu mais modifié par un avenant ou une lettre de mission. Le salarié conserve généralement ses avantages sociaux français.

L’expatriation

L’expatriation au sens du droit du travail recouvre des situations diverses : 

  • salarié recruté spécialement pour travailler à l’étranger avec un contrat soumis au droit français
  • salarié envoyé à l’étranger par son employeur français pour une durée indéterminée
  • salarié français recruté en France par une société française pour le compte d’une entité locale

Le contrat local étant soumis à la loi du pays d’exercice de l’activité, les salariés qui en bénéficient ont les mêmes droits que les autres salariés ressortissants de ce pays.

Le travail frontalier

Le travailleur frontalier exerce une activité professionnelle dans un pays différent de son pays de résidence et retourne quotidiennement ou au moins une fois par semaine à son domicile. Il existe des conventions fiscales, qui prévoient l’imposition du travailleur frontalier dans son pays de résidence. La France a conclu ces conventions avec ses États voisins (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Luxembourg et Suisse).

Quel visa de travail demander ?

En dehors de l'Union Européenne, il est nécessaire d'obtenir un visa de travail afin d'avoir le droit de travailler à l'étranger. Ces visas de travail sont, en fonction des pays, plus ou moins faciles à obtenir. Dans certains cas, ce sera à vous d'effectuer la démarche auprès des autorités compétentes (ambassade du pays dans lequel vous allez partir, par exemple), dans d'autres cas, ce sera à votre employeur de le faire. Renseignez-vous sur les réglementations en place et sur la facilité (ou non) d'obtenir un visa de travail dans le pays que vous aurez choisi, et n'oubliez pas que les délais pour obtenir le visa peuvent être plus ou moins longs, repoussant d'autant votre date de départ.

Déposer sa candidature : C.V et lettre de motivation

Réaliser un CV en langue étrangère

Traduire votre CV français ne suffit pas : vous devrez en adapter la présentation et le contenu aux normes du pays.

  • Rédigez votre CV dans la langue du pays et informez vous des normes dans votre pays d'accueil
  • Soignez la présentation (rédaction claire et phrases courtes)
  • Mettez en valeur votre attrait pour l’étranger (goût pour la culture et la langue, etc.)
  • Présentez toutes les compétences, savoir-faire utiles pour le poste convoité voire les récompenses obtenues dans vos emplois précédents
  • Ne traduisez pas vos diplômes : indiquez les équivalents du pays d'accueil (entre parenthèses, par exemple) ou bien détaillez le contenu de votre formation.
  • Pour éviter les fautes d’orthographe, faites relire votre CV par une personne qui maîtrise bien la langue.

Besoin de rédiger votre CV en anglais ? Le guide Eurodesk  "Rédiger son CV en anglais" propose un mode d'emploi très complet pour rédiger son CV à l'anglosaxonne. Vous pouvez télécharger le guide en bas de l'article.

Rédiger votre lettre de motivation

Votre lettre doit être claire et concise. Elle doit être écrite dans la langue et selon les modalités du pays. Mettez en avant vos qualités et argumentez sur ce que vous pouvez apporter à l’entreprise. N’oubliez pas de solliciter un entretien.

L’envoi d’une candidature par courrier électronique exige de prendre quelques précautions:

  • Évitez les noms fantaisistes pour votre adresse électronique
  • Réalisez un CV classique que vous enverrez en pièce jointe, ou à la suite de votre message
  • Indiquez en clair le nom de la pièce jointe (CV + nom ou réf.de l’offre)
  • Utilisez un logiciel de traitement de texte connu. Pas de police ou de mise en page extravagantes.

Le message d’accompagnement s’apparente à la lettre de motivation classique. Il est nominatif, l’objet du message doit être clair et préciser le contenu du message.

Comment chercher ?

Vous pouvez par exemple commencer par envoyez des candidatures spontanées auprès des entreprises françaises implantées à l’étranger, ou des entreprises étrangères dans votre domaine d'activité recherché, par exemple dans la ville où vous souhaitez vous établir.

Ne négligez pas les petites annonces dans la presse étrangère ou sur des sites spécialisés dans le recrutement (de type Monster) et sur les réseaux sociaux (de type Linkedin). Il existe aussi forcément un site de recherche d'emploi dédié à votre domaine d'activité (animation, tourisme, hôtellerie-restauration, industrie, etc). Attention, les jeunes du pays étant eux-mêmes à la recherche d’un job, la concurrence est sévère et la pratique de la langue du pays, voire d’autres langues, est souvent indispensable.

Trouver un job à l'étranger : se faire aider

Avant toute recherche, il faut être conscient qu’il n’est pas nécessairement plus facile de trouver un emploi à l’étranger que dans son pays d’origine ; le taux de chômage global dans l’Union Européenne reste relativement élevé et varie d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre. Pour le reste du monde, il peut être assez difficile d’obtenir un visa de travail. Afin d’être efficace, il faut organiser sa recherche d’emploi de façon rigoureuse et identifier les secteurs d’activités qui s’exportent le mieux. Des réseaux de professionnels existent pour orienter les personnes intéressées dans leurs démarches.

Le réseau EURES - EURopean Employment Services

Ce réseau de coopération  facilite la libre circulation des travailleurs au sein de l’Espace Économique Européen. Il fournit des informations pratiques sur les conditions de vie et de travail, les méthodes de recrutement utilisées dans chaque État, des conseils et une aide aux citoyens européens désirant travailler dans un autre pays. 
Pour en savoir plus : le réseau EURES.

Se faire accompagner par un organisme privé ?

Vous pouvez également vous faire accompagner par un organisme privé qui propose des stages clés en mains : ces services sont payants, et une vigilance sur les conditions à la signature du contrat est recommandée.

Avant de les contacter, examinez les clauses et le coût des services proposés, ne versez à l’inscription que 20 à 30 % du prix demandé exigez toujours un contrat écrit et n’effectuez pas de paiement à distance, demandez des précisions sur le logement (salubrité, disponibilité…), assurez-vous aussi qu’un remboursement est prévu s’il n’y a pas de job à la clé, enfin, préférez un organisme agréé, situé en France, donc soumis au droit français.

Plus d'infos

Préparez votre départ à l'étranger avec Passe World.

Passe World est un serious game qui permet d’explorer les chemins qui mènent à l’international. Le but du jeu est simple : accomplir les missions, faire les bons choix pour un projet de mobilité réussi.

Par isentana le 04/07/2018
Cet article vous a-t-il été utile ?